vendredi 14 juillet 2017

Simplement - Un compte-rendu de mes 40 kms d'anniversaire : où je m'insurge contre la tyrannie des vêtements techniques et des aliments pour sportifs


Cela faisait plusieurs mois que j'avais décidé de courir 40 kilomètres pour fêter mes 40 ans. Quitte à finir en marchant. Quitte à m'y reprendre plusieurs fois.




Petit compte-rendu de ma course d'anniversaire :
7h : je prépare un smoothie ( 1 banane, 1/2 mangue, de la cannelle), 3 cuillères à soupe de muesli et 1 cuillère à soupe de granola. Un grand thé.
8h :  quelques étirements.
Je m'habille : coton bio de la tête au pied, des chaussettes au tee-shirt, seule ma brassière est en tissu technique. J'ai quand même pris soin de choisir une culotte sans couture.
Je chausse mes chaussures de trail, une paire de Salomon X-scream, un modèle que j'aime pour leur stabilité et leur confort. J'en suis à ma troisième paire.
8h30 : on sort le vélo d'Amaury de la voiture et on le remonte.
8h40 : je lance l'appli running sur mon téléphone et nous partons.
Le temps était frais, la bruine fine.
L'aller est aisé, 23 kilomètres en 1h45, sans arrêt.
Au 24eme kilomètre, je bois quelques gorgées d'eau additionnée d'un peu d'huile essentielle de menthe.

Si le souffle et le rythme cardiaque sont réguliers, à partir du 32eme kilomètre, j'ai bien senti le défaut d'entrainement.
J'avais beaucoup couru le long du GR40 pendant les vacances de Pâques. Et ensuite, plus rien au-delà de mon unique sortie du weekend couplée à une session d'un autre sport ( natation, fitness ou vélo).
Au 33ème kilomètre, j'ai les jambes tétanisées, les hanches en feu. Mon souffle commence à se gripper sur ces douleurs, à être moins rond, moins ample. Je me crispe encore plus et commence à avoir du mal à lever les jambes.
Je m'accroche à mon souffle et à une citation de yoga que j'aime beaucoup " when you own your breath, nobody can steal your inner peace". J'inspire, un pas, j'expire, un pas. Je visualise une vague qui me soulève et me dépose juste un peu plus loin.
Au 36ème kilomètre, je m'arrête quelques instants pour boire, un demi-litre cette fois-ci, de l'eau aromatisée à la menthe, et j'ai mangé quelques bouchées de pâte d'amande. J'avais fabriqué la pâte d'amande à partir de poudre d'amande bio et de sirop d'agave.


Je suis désormais en lieu connu, sur un chemin que j'arpente souvent.
Le coup de fouet du sucre, la proximité de la maison, m'ont permis de redémarrer et même d'accélérer.
Un claquement de doigt plus tard, ou presque, je choisis de rentrer par la plage. Pour le flamboyant.
40,5 kilomètres en 3h49.

Ensuite, j'ai déjeuné, léger. Et bu un bon litre de tisane des sportifs @happyplantes. Et, en fin de journée, j'ai opté pour une séance de yoga doux ( la vidéo slow flowd'Ariane @yogacoaching).

Je crois que j'aurais pu continuer quelques kilomètres encore, sans doute une dizaine.
Le temps était parfait ( frais et couvert, même la bruine était la bienvenue), le chemin l'était moins ( 100% de bitume et une vue sans intérêt).

Je cours depuis 25 ans et suis assez imperméable aux effets de mode.
Autant je trouve qu'une bonne paire de chaussures fait une vraie différence ( j'en achète environ 3 à 4 paires/an), autant pour moi les vêtements techniques sont superflus, au moins en été.
L'hiver, rien ne vaut le confort d'une polaire et d'un bon coupe-vent. Mais l'été, je préfère le confort du coton.
A l'issue de cette course, aucun frottement ni irritation à signaler. Quand on lit, en plus, que ces vêtements techniques sont au nombre des perturbateurs endocriniens surtout lorsqu'on transpire et l'ouverture des pores facilite l'absorption de ces substances...

Je suis toujours étonnée de lire, dans des comptes rendus de course Instagram ou sur des blogs, que les coureurs commençaient à s'alimenter très précocement dans la course et ne juraient que par les gels et autres boissons énergétiques.
Je ne suis pas nutritionniste mais j'ai l'habitude d'écouter les signaux émis par mon corps. Or, en général, avant le 30 kilomètre, je n'ai ni faim ni soif ni fatigue particulière.

En tous cas, je suis ravie d'avoir pu dépasser mes limites et relevé le défi de la course d'anniversaire. Et j'avoue que le triathlon, un half iron man ou une course de 50/60 kilomètres me tenterait bien...

13 commentaires:

  1. Wow, tu m'impressionnes! et bon anniversaire!

    RépondreSupprimer
  2. chapeau bas !!! et surtout : bonheur, joie et sérénité à l'occasion de ton anniversaire !!!
    je t'embrasse
    patricia

    RépondreSupprimer
  3. C'est vraiment très très intéressant ce que tu dis ! Je me suis souvent interrogée sur l'intérêt de tous ces habits. L'intérêt que j'y voyais c'était de pouvoir transpirer sans attraper froid, tu n'as jamais ce souci? Et j'aime beaucoup ta manière de courir hors compétition, c'est vraiment la manière de faire du sport qui me correspond (et savoir que c'est possible à haut niveau révolutionne à peu près autant ma vie que de savoir que les poussettes ne sont pas obligatoires ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne seras alors pas étonnée que je n'ai jamais de poussette :-)) seulement des kangourous puis un sac à dos à enfant puis un siège de vélo. Gros bisous à vous 3 ( c'est dingue la vitesse à laquelle avance votre chantier!)

      Supprimer
    2. L'hiver, j'ai parfois un peu froid! Mais avec un bon coupe-vent technique, ce passe très bien

      Supprimer
  4. Je te souhaite un Joyeux Anniversaire!!! Et je te tire mon chapeau pour tout ce que tu fais (yoga:ok - couture:ok - zero déchet:ok - végétarienne:ok - mais courir: NON je ne pourrais pas) Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicole!
      Tous tes OK me mettent en joie. Gros bisous

      Supprimer
  5. félicitations tu es allée au bout :) joyeux anniversaire

    RépondreSupprimer
  6. Bravo! et bon anniversaire avec du retard!
    J'ai longtemps été distante avec les vêtements techniques, j'aurais je crois aimé me les fabriquer en trouvant du tissu sans trop de difficulté (= sans passer par une commande dur le net). Finalement, je m'en suis procuré et pour les jours d'hiver, ça a été très positif pour moi. Pur l'été je pense aussi niveau évacuation de la transpiration mais avec un short/débardeur, ça passe aussi!

    RépondreSupprimer
  7. Belle course !!! Bravo !
    Par contre, pour la soif moi j'ai soif très tôt, dès 4-5km, plus vite l'été mais aussi l'hiver... je bois juste de l'eau mais je crois que ca m'est vraiment nécessaire.

    RépondreSupprimer